Richesse pétrolière, pauvreté démocratique

Por Venezuela Real - 2 de Septiembre, 2006, 9:27, Categoría: Prensa Internacional

Alexandre Adler
Le Figaro
31 de Agosto de 2006

Notre confrère du New York Times, Tom Friedman, vient de proposer un théorème très suggestif qui s'applique, selon lui, de manière totalement éclairante à la situation actuelle : la progression des rentes de matières premières, et particulièrement celles générées par les hydrocarbures, croît en rapport inverse aux potentialités démocratiques. Tout simplement : plus les pays fournisseurs de matières premières s'enrichissent sans travailler davantage et moins la démocratie a de chances de s'y épanouir.
 
On voit tout de suite la pertinence de l'observation s'agissant, par exemple, du Venezuela de Chavez ou de l'Iran d'Ahmadinejad, voire de la nouvelle Algérie semi-islamiste que nous concocte le tandem Bouteflika-Belkhadem. La matrice de cette démonstration procède d'ailleurs d'une base solide en théorie économique. Il s'agit du célèbre «effet de Groningue» dont l'élucidation valut à l'économiste néerlandais, Jan Tinbergen, un prix Nobel. À Groningue, au début des années 1950, la découverte du plus grand gisement de gaz naturel d'Europe occidentale allait provoquer, par redistribution d'une partie de cette rente inespérée, une rapide désindustrialisation. La montée des prix rendait en effet la production locale de moins en moins compétitive tandis que les revenus distribués en production se traduisaient par une montée rapide des importations. La conclusion de Tinbergen, dans le droit fil du calvinisme hollandais, est qu'une richesse acquise hors du cycle de production tend à détruire le cycle productif lui-même.
 
De la production, avec son éthique d'épargne et de rigueur quasi morale, à la démocratie libérale, qui repose sur des fondements éthiques sensiblement convergents, il n'y a qu'un pas que Tom Friedman franchit avec allégresse. Il est certain, en effet, que l'enrichissement sous forme de rentes permet assez facilement d'acheter le consensus sans se soucier de réformer le moins du monde les pratiques sociales qui, d'ordinaire, accompagnent la progression du produit brut. Imagine-t-on un Kadhafi assujetti aux disciplines productives qui auraient nécessairement arraché le peuple libyen à l'apathie corruptrice dans laquelle il est plongé depuis quarante ans ?
 
Il y a, néanmoins, quelques limites à l'argument. D'emblée, Friedman prend soin de dire que les effets de son théorème peuvent être intégralement dilués par de bonnes pratiques productives et démocratiques, si ces dernières existaient antérieurement. C'est ainsi qu'il explique pourquoi la Norvège ou l'Écosse ne sont pas devenues, après la découverte de la manne en mer du Nord, des émirats corrompus et paresseux. Mais est-on si sûr que la montée des matières premières, sans aucun perfectionnement des moyens de production, ait eu partout ou toujours les mêmes effets dissolvants ? Dans trois cas au moins, on a pu constater des effets rigoureusement inverses. Si le Venezuela de Romulo Bettancourt et de ses émules sociaux-démocrates et démocrates-chrétiens fut à l'avant-garde des libertés politiques dans l'Amérique latine des années 1950-1960, c'est bien à l'utilisation initialement sagace et mesurée de la richesse pétrolière qu'il le dut. Et si les forces antidémocratiques, qui se sont cristallisées autour de Chavez, ont fini par balayer cette exemplaire social-démocratie vénézuélienne, n'est-ce pas plutôt à la rupture de l'État providence – qui était gagé sur un prix élevé du pétrole – qu'on le doit ?
 
Si la haute conjoncture permet à des tyranneaux de s'en sortir mieux qu'ils ne le devraient, la basse conjoncture, en revanche, peut créer tout aussi bien une coagulation de forces protestataires qui n'aura rien de démocratique, des super-islamistes saoudiens de la fin des années 1990 aux nationalistes autoritaires russes d'il y a dix ans. À l'inverse, aujourd'hui, nous savons pourtant pertinemment que la hausse des matières premières a aussi permis, dans certaines situations très délicates, un progrès frappant de la démocratie. Que ce soit au Brésil, grand exportateur de soja et autres matières agricoles, ou en Afrique du Sud, véritable banque minérale de l'économie mondiale, la richesse nouvelle est venue renforcer la main des réformateurs économiques sociaux-libéraux.
 
Enfin, on constatera que le populisme autoritaire piteux de Lopez Obrador, au Mexique, a été défait en pleine montée de la prospérité locale. Mais, à cela, Friedman pourrait répondre que la victoire à l'arraché du démocrate-chrétien, Felipe Calderon, symbolisera, si toutefois la guerre civile est évitée, la victoire du profit industriel tourné vers les États-Unis et le marché mondial sur les forces de la rente qui aspirent peut-être, tout comme le Venezuela voisin, à rejoindre à terme une sorte de ligue arabe élargie aux dimensions de la planète. Il serait, par conséquent, plus prudent et plus empirique de dire que l'enrichissement profite aux gouvernements qui ont pour programme la démocratie et la mondialisation, et consolident, ailleurs, les États qui se complaisent dans la dictature. Ce constat n'est pas différent des recettes que donnait, en son temps, Tinbergen : combattre l'inflation, stimuler la productivité et maintenir la monnaie le plus bas possible afin de pénaliser les importations. Et «l'effet de Groningue» s'efface.





TOME NOTA
de la dirección del
Nuevo Portal Principal

www.venezuelareal.org

Más información ...

Calendario

<<   Septiembre 2006  >>
LMMiJVSD
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  

Archivos

Suscríbete

Escribe tu email:

Delivered by FeedBurner

Sindicación

Alojado en
ZoomBlog