Des coups d’Etat en forme de plébiscites

Por Venezuela Real - 29 de Noviembre, 2007, 16:48, Categoría: Prensa Internacional

Philippe Thureau-Dangin
Courrier Internationale.com
Novembre, 2007

L’occasion était trop belle. Que deux dirigeants, Poutine et Chávez, peu connus pour leur goût de la démocratie, choisissent un 2 décembre pour organiser des scrutins en forme de plébiscites, cela relève bien de l’ironie de l’Histoire. Car, rappelez-vous vos cours de lycée, le 2 décembre 1851, c’est le jour où Louis-Napoléon Bonaparte, président de la République depuis près de trois ans, renversa le régime avec l’aide de l’armée pour instaurer peu après le Second Empire.

Les différences entre les trois épisodes sont évidentes. Mais les ressemblances sont frappantes. Comme Chávez, Louis-Napoléon a d’abord voulu arriver au pouvoir par la force. Le Vénézuélien fait le coup de feu en février 1992 et passe deux ans derrière les barreaux. Le Français fait de même à Strasbourg en 1836, puis à Boulogne en 1840, et se morfond six ans dans une forteresse.

Ensuite, dans les trois cas, on sous-estime ces hommes. En 1999, lorsque Poutine est nommé à la tête du gouvernement, les oligarques et l’entourage du président Eltsine pensent garder le pouvoir en sous-main. Lourde erreur. De même, en 1848, les ténors du parti de l’Ordre, Adolphe Thiers en tête, croyaient pouvoir manipuler ce benêt de Louis-Napoléon que l’on appelait Badinguet. Là aussi à tort. Quant aux élites vénézuéliennes, elles n’ont guère pris au sérieux jusqu’à tout récemment ce militaire métis au verbe haut…

Une fois installés, les trois hommes sont populaires. Les élections et plébiscites leur sont à chaque fois favorables. Tous trois bénéficient du soutien de l’armée et se sentent investis d’une mission salvatrice. Mais aucun d’eux n’apprécie l’opposition et la critique. Chacun à sa manière, ils musellent la presse, en exilant (Napoléon III), en s’emparant des groupes de médias (Poutine) ou en ne renouvelant pas la concession accordée à une puissante chaîne d’opposition (Chávez)…

En France, il s’agissait de combattre le “péril rouge” ; en Russie, il est question d’imposer la “démocratie souveraine” ; au Venezuela, on veut instaurer le “socialisme bolivarien”. Et comme nous sommes au XXIe siècle, on ne fait plus de coups d’Etat baïonnette au canon ; on se contente de les faire avaliser, tout à fait légalement, par des peuples subjugués.







TOME NOTA
de la dirección del
Nuevo Portal Principal

www.venezuelareal.org

Más información ...

Calendario

<<   Noviembre 2007  >>
LMMiJVSD
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30   

Archivos

Suscríbete

Escribe tu email:

Delivered by FeedBurner

Sindicación

Alojado en
ZoomBlog