Chavez tonne pour conjurer l'usure du pouvoir

Por Venezuela Real - 21 de Noviembre, 2008, 18:23, Categoría: Prensa Internacional

Thierry Oberlé
Le Figaro - France
21 Novembre, 2008

La mouvance présidentielle qui avait gagné aux dernières élections locales 22 régions sur 24 risque, selon les sondages, d'en perdre 3 à 6, dimanche.

Transformées en plébiscite par le chef de l'État vénézuélien, les élections régionales et municipales de dimanche devraient marquer un reflux de la majorité présidentielle.

Hugo Chavez mène au pas de charge la campagne des élections régionales et municipales du 23 novembre. Le président du Venezuela a fait de ce scrutin aux enjeux en principe locaux une affaire personnelle. Sur la défensive depuis le rejet l'an dernier de son projet de réforme de la Constitution, il transforme en plébiscite le vote de dimanche, mobilisant en sa faveur les télévisions et l'ensemble des services de l'État.

Encore une fois, le Commandante au pouvoir depuis bientôt dix ans endosse sa tunique rouge pour «sauver le socialisme» et chanter les louanges de sa «révolution». Comme de coutume, Chavez ne fait pas dans la dentelle : il multiplie les déclarations fracassantes pour entretenir un climat de peur. L'homme au «charisme lubrifié au pétrodollar», selon l'expression du journaliste Teodoro Petkoff, lève le poing, accuse, menace, insulte. «Celui qui trahit Chavez doit être tué politiquement !», lance-t-il aux électeurs qui hésitent à lui renouveler leur confiance. Ses adversaires ? Un ramassis de «comploteurs» décidés à l'assassiner. Son rival Manuel Rosales, gouverneur sortant de l'État et challenger malheureux à la présidentielle de 2006 ? «Sa place est en prison !» L'ancien colonel tankiste promet aussi de punir les régions susceptibles de passer à l'opposition en les privant des subsides de l'État. Il envisage également de sortir les blindés en cas de défaite. «Si vous laissez l'oligarchie revenir aux affaires, alors peut-être que je devrai envoyer les chars d'assaut et les brigades armées défendre le gouvernement révolutionnaire !», prévient-il.

Premier revers

La lente érosion de la base électorale socialiste explique le regain de violence verbale du «fils spirituel» de Fidel Castro. Réélu triomphalement voilà deux ans, l'invincible Hugo Chavez a subi pour la première fois en décembre un cinglant échec lors du référendum sur la révision de la Constitution. Une courte majorité a refusé l'instauration d'un État socialiste permettant au président d'être réélu indéfiniment.

Un revers marqué par la perte de trois millions d'électeurs réfugiés dans l'abstention et par la fronde des déçus du chavisme. Depuis, la contestation s'est poursuivie. Le pouvoir a réagi en lançant en octobre la justice militaire aux trousses du chef de file des dissidents, le général Raul Baduel, un ancien proche du chef de l'État et ex-ministre de la Défense. «Héros de la révolution», il avait en avril 2002 à la tête de ses pelotons parachutistes ramené Chavez au palais de Miraflores après le putsch contre le président.

Promesses non tenues

La mouvance présidentielle qui avait gagné aux dernières élections locales 22 régions sur 24 risque, selon les sondages, de perdre de 3 à 6 provinces. Des États particulièrement peuplés ou à forte connotation symbolique pourraient changer de camp.

Victor A. Bolivar, le président d'Action démocratique, l'un des principaux partis de droite, explique le recul annoncé des socialistes par les promesses non tenues du gouvernement. «Chavez n'a rien ré­glé alors qu'il a disposé d'une rente en hydrocarbure de 700 000 millions de dollars au cours des dix dernières années. Pendant ce temps, l'insécurité et la corruption ont été les principaux secteurs en expansion du pays», tranche-t-il. «Le manque d'efficacité et l'incompétence de l'administration érodent la confiance. Chavez entre à petits pas sur une pente déclinante, mais il bénéficie toujours d'une forte popularité», commente Teodoro Pet­koff, le directeur de l'hebdomadaire Tal Cual.

Des considérations qui ne devraient pas empêcher le Commandante d'interpréter le rôle du vainqueur à l'issue du dépouillement.

 





TOME NOTA
de la dirección del
Nuevo Portal Principal

www.venezuelareal.org

Más información ...

Calendario

<<   Noviembre 2008  >>
LMMiJVSD
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30

Archivos

Suscríbete

Escribe tu email:

Delivered by FeedBurner

Sindicación

Alojado en
ZoomBlog